France-Amérique – le Journal Français des États-Unis

By JUDITH ORINGER

Eric Redlinger, luthiste et ténor, et Sylvia Rhyne, soprano, forment, à la scène comme à la ville, un couple d’une grande poésie, soudé par un amour commun de la musique médiévale. Leur formation, Asteria, en concert vendredi 7 novembre à New York, à l’Eglise Française du Saint Esprit, chante l’amour courtois de la France du Moyen Âge.

Leur histoire est aussi romantique que leur musique. Après des études de musique classique et une rencontre au sein de l’Association “Renaissance Street Singers”, ils décident de créer leur propre formation musicale et choisissent pour leurs débuts Central Park, le site de leur premier rendez-vous amoureux. Ils s’y retrouvent sur un rocher pour jouer et chanter des chansons d’amour bourguignonnes aux titres épiques : « Quant la doulce jouvencelle », « Languir me fais », « Le souvenir de vous me tue »…

En 2004, ils gagnent le premier prix du concours musical « Early Musical America », qui leur ouvre les portes du Boston Festival, le plus prestigieux du genre. Les voilà lancés. Ils ont depuis enregistré deux albums et donnent aujourd’hui des concerts partout en Europe et aux Etats-Unis.

Eric Redlinger et Sylvia Rhyne sont de véritables spécialistes de la musique de cette période. La France les a beaucoup aidés dans leurs recherches : « Nous avons déterré des trésors enfouis », explique Eric Redlinger « Et l’État était, je pense, content de voir deux Américains enthousiastes mettre en valeur son héritage »

La fin du XIVe siècle et le début du XVe siècle furent « l’âge d’or de la musique française, et en particulier de la musique bourguignonne », affirme Eric Redlinger. Pourtant cette période demeure peu connue du grand public. « Nous nous sommes consacrés à cette période par passion. Peu de gens connaissent les chansons de cette époque, et nous aimerions les faire découvrir. »

Le concert a lieu dans L’Eglise Française du Saint Esprit, une église protestante à l’histoire exceptionnelle. Créée par des Huguenots qui fuyaient les persécutions religieuses dans l’Europe du XVIème siècle, c’est l’institution française religieuse la plus ancienne de New York. Ses premiers offices remontent à 1628. Devenue épiscopalienne au XIXe siècle, elle continue aujourd’hui à offrir ses offices en français. La petite église francophone qui compte près de 20% de Français parmi les fidèles a lancé une campagne de fonds pour l’achat d’un nouvel orgue de 40 000 dollars. Le concert de vendredi devrait les aider à atteindre ce but.

This entry was posted in All News, Concert Reviews. Bookmark the permalink.